Blog

>

Communauté

Communauté

Agences de voyages : comment faire du tourisme durable ?

Entre le forum « A World For Travel » tenu à Evora il y a quelques semaines à la Cop26 de Glasgow en novembre en passant par certaines conférences organisées au salon IFTM Top Résa à Paris, le tourisme tel qu’il se pratique majoritairement interroge, suscite des critiques, des réflexions sur ses conséquences environnementales et sociales. Et si le tourisme durable était l’une des solutions contre le réchauffement climatique ?  Pour respecter la planète et les populations locales visitées, quelles bonnes pratiques conseiller à vos clients lors de leurs voyages en France comme à l’étranger ?

1/ Pourquoi le tourisme durable est-il essentiel ?

Parce que le tourisme est un pilier de l’économie mondiale

En 2019,  selon l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), environ 1,5 milliards touristes internationaux ont voyagé dans le monde, poursuivant une croissance depuis près de 10 ans. Le secteur du tourisme fait alors vivre près de 10% de la population active mondiale et équivaut à 10 % du PIB mondial. C’est le 3e secteur économique dans le monde derrière la chimie et les carburants, mais devant l’industrie alimentaire et l’automobile.

La France est la 1ère destination touristique avec 90 millions de personnes (2019) en accueillant plus de 240 000 personnes par jour ! Ce secteur correspond à près de 8% du PIB national et génère 2 millions d’emplois.

La crise de la Covid-19 a révélé combien est encore plus important ce secteur dans certains pays comme en Europe du Sud. C’est ainsi qu’en Croatie, les recettes du tourisme international représentent plus de 20 % de la richesse créée en un an.

Dans certains pays comme dans les îles des Caraïbes, ce pourcentage passe à 90% à Sainte-Lucie... En Inde, pour 100 touristes ce sont 172 personnes qui ont un emploi.

Parce que le tourisme a sa part de responsabilité dans le réchauffement climatique

À l’échelle mondiale, une étude publiée en 2018 a montré que le tourisme représente 8% des émissions de gaz à effet de serre. France, le tourisme est responsable de 11% des émissions de CO2

L’empreinte carbone du tourisme est générée par tout ce qui est acheté par les touristes sur leur lieu de vacances (nourriture, hébergement, shopping), et surtout par les transports.

Or, selon le Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), il faudrait d’ici 2030 réduire de moitié les émissions de CO2 pour rester sous le seuil critique de réchauffement climatique (+1,5 °C) avant d’atteindre la neutralité carbone en 2050.

Le tourisme a d’autres conséquences négatives sur l’environnement et la biodiversité. Selon un rapport de l’association WWF, plus de la moitié des détritus recensés en Méditerranée sont liés au tourisme balnéaire.

Le rejet des eaux usées contribue à la pollution de l’eau et des sols. On peut citer l’exemple de l’île philippine de Boracay fermée en 2018 aux touristes car des hôtels déversaient leurs eaux usées directement dans la mer.

En Thaïlande, la plage de Maya Bay, réputée pour avoir servi de lieu de tournage au film « La plage » avec Leonardo DiCaprio, accueillait jusqu’à 5 000 personnes par jour. Elle a été fermée récemment par les autorités locales pour permettre une campagne de réintroduction des coraux.

L'Islande a également interdit l'accès pendant plusieurs mois en 2019 au canyon Fjadrárgljúfur.  Rendu célèbre par un clip de Justin Bieber tourné quelques années plutôt, le site était profondément dégradé à la suite d’une trop grande fréquentation de visiteurs.   

Vous avez dit « surtourisme » ?

Néfaste à la biodiversité, l’activité touristique peut provoquer enfin un phénomène de rejet de certaines populations comme à Barcelone, Venise ou Amsterdam qui déplorent notamment une hausse du coût de la vie, des prix de l’immobilier, des nuisances sonores ou des plages bondées.

Parce que le tourisme durable est de plus en plus demandé

Différentes études réalisées notamment cette année par exemple en France ou aux Etats-Unis montrent qu’une majorité de personnes souhaitent partir en vacances tout en ayant à cœur de lutter contre le réchauffement climatique. Des différences peuvent être notées selon les tranches d’âges sur les actions à mener en priorité, mais l’envie est là : participer à son niveau à une autre forme de tourisme plus respectueux de la nature, de l’environnement. Un tourisme qui permette une vraie découverte des autres cultures et des populations locales. 

Voici quelques chiffres :

  • 61% des Français se disent prêts à payer plus cher des produits locaux ;
  • 44% sont prêts à payer leur séjour plus cher dans sa globalité pour voyager de manière respectueuse de l'environnement ;
  • concernant l'hébergement et le moyen de transport, 40% sont disposés à débourser une somme plus importante pour une alternative durable ;
  • 70% des touristes aimeraient impacter davantage de façon positive les endroits qu’ils visitent… et les gens qu’ils rencontrent ;
  • 85% des personnes interrogées regrettent que les plateformes de voyages en ligne ne donnent guère accès à des sélections spécifiques de séjours respectueux de l'environnement et responsables.

Agences de voyages, vous qui créez des voyages sur mesure, de par la connaissance fine que vous avez des destinations, profitez des liens tissés avec vos partenaires locaux pour proposer des offres en adéquation avec cette tendance.

 

2/ Quels sont les objectifs du tourisme durable ?

Inspiré du développement durable, l’OMT définit le tourisme durable comme “un tourisme qui tient pleinement compte de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et futurs, en répondant aux besoins des visiteurs, des professionnels, de l’environnement et des communautés d’accueil”. 

Protéger la nature

Elle joue un rôle essentiel dans l’attractivité de certains territoires auprès des voyageurs, mais nous (agents de voyages, réceptifs, partenaires locaux, voyageurs, influenceurs par exemple) devons faire en sorte de réduire au maximum leur impact sur les ressources naturelles et la biodiversité.   

Favoriser le développement économique et social sur le long terme

Cela veut dire que tout le monde doit profiter des effets positifs des activités touristiques. Par exemple, à destination, les conditions de travail doivent être décentes, les salaires justes, les emplois stables tout en permettant la pérennité des entreprises.

Faire que les voyageurs rencontrent les populations locales et découvrent leurs cultures

Qu’on parle de voyages en immersion, de slow tourisme, d’agrotourisme ou de tourisme solidaire, il s’agit de favoriser l’authenticité, d’éviter que les touristes restent à l’écart des populations locales. Découverte, étonnement, rencontre, dépaysement, itinérance sont à mettre en avant.

3/ Comment voyager responsable ?

Pour réaliser ces 3 objectifs, voyez avec vos clients quelles bonnes pratiques mettre en place lors de leurs voyages. Peut-être que sans s’en rendre compte certains de vos clients font déjà au quotidien des gestes favorables à l’environnement (compost, réduction de la consommation de viande, tri des déchets, usage des transports en commun et du vélo, etc).

Avant le départ, préparer une valise « zéro déchet » 

Vos clients souhaitent profiter de leur voyage pour se baigner dans la mer et se détendre sur une plage ? Conseillez leur des maillots de bain en matériaux recyclés, l’achat d’une crème solaire qui ne contient pas de composés chimiques comme l'oxybenzone nocif pour les océans.

Dites-leur de préférer une gourde aux bouteilles d’eau en plastique, des assiettes et couverts réutilisables si des pique-niques sont prévus. Des sacs en tissu sont préférables à des sacs en plastique pour faire ses courses.

Avant de quitter le domicile, pensez à débrancher les appareils électriques. C’est bon pour la planète et pour la facture électrique de vos clients.

Faut-il utiliser encore l’avion ?   

Si, par exemple, on compare les bilans carbone des modes de transports établis il y a quelques années par l’Agence Européenne pour l’Environnement, le transport aérien est le mauvais élève. Par passager et par kilomètres, les chiffres sont les suivants  :

  • Train : 14 g de CO2
  • Petite voiture : 42 g de CO2
  • Voiture standard : 55 g de CO2
  • Bus : 68 g de CO2
  • Deux roue motorisé : 72 g de CO2
  • Avion : 285 g de CO2.

A l’échelle mondiale, l’avion représente environ 20% des émissions mondiales de carbone dues au tourisme.

Mais plutôt que d’interdire l’usage de l’avion, il convient de l’utiliser moins souvent mais pour voyager plus longtemps. De prendre plutôt des vols directs que des vols par correspondance. Conseillez des compagnies aériennes comme Air France qui permettent aux passagers de compenser leur empreinte carbone par des campagnes de plantation d’arbres ou de participer à des projets de développement local.

Mettez en avant les bienfaits du train. Si vos clients tiennent absolument à prendre la voiture ou parce qu’il n’y a pas d’autres possibilités, limiter l’usage de la climatisation, réduire la vitesse sont deux bonnes pratiques. Une solution intermédiaire, plus facilement réalisable quand vos clients projettent de voyager seul ou à deux, est de proposer des sites de covoiturage (Blablacar, Mobicool).  Sur place, les transports en commun, les vélos , la marche sont à privilégier.

Astuce : pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre de vos clients, rendez-vous sur le site internet de Good Planet https://www.goodplanet.org/fr/calculateurs-carbone/, Greentripper https://www.greentripper.org/en?CalculatorOnly=1 ou celui de Carbon Foot Print https://www.carbonfootprint.com/calculator.aspx

Trouver un hébergement durable

Proposer des itinéraires à vos clients en sélectionnant des hébergements qui sont certifiés par des labels comme Gîte Panda, Travel Life, Ecolabel, Clef Verte ou Green Globe.

Voyager dans un esprit responsable et en gardant un certain confort est possible. De plus en plus d’hôtels de luxe ont mis en place des politiques de développement durables. https://suitespot.fr/hotels/hotels-ecologiques/

https://unautrehorizon.fr/10-hotels-de-luxe-eco-responsables-dans-le-monde/

https://www.thegoodtrade.com/features/13-eco-friendly-hotels-blending-sustainability-luxury

https://theluxurytravelexpert.com/2021/06/18/sustainable-luxury-hotel/

Quel que soit l’hébergement réservé, vous pouvez conseiller à vos clients de garder leurs habitudes de la vie quotidienne (en limitant par exemple la consommation d’eau et d’énergie, l’usage des serviettes de bain, en évitant d’utiliser les savons sans emballages).

Un autre critère à surveiller dans le choix des hébergements peut être la composition des menus. La filière viande représente plus de 10% du réchauffement climatique, mais manger du poulet est moins impactant que du bœuf.

Manger local et bio

Si prendre moins souvent l’avion, utiliser le train au lieu de la voiture peuvent provoquer des réticences chez certains voyageurs, acheter et manger des produits locaux et bio font partie des mesures plébiscitées pour mettre en place un tourisme plus responsable et durable.

Avec l’aide de vos partenaires locaux, suggérez par conséquent à vos clients des restaurants, des commerces, des fermes qui proposent des produits de saison, issus de l’agriculture biologique. Ces produits doivent provenir des environs et non pas d’une autre région voire d’un autre pays pour limiter l’impact carbone lié au transport. Les clients apprécient ces découvertes gustatives, ces moments de rencontre avec les commerçants et autres restaurateurs.

Les retombées économiques sont également souvent au rendez-vous. En Corse, plusieurs hôtels ont ainsi changé dans le cadre du programme « Rispettu » la composition de leur petit déjeuner en mettant des produits locaux conçus écologiquement. Résultat : + 30% de taux de captage.

Mettez en avant des activités et des visites qui respectent la nature et les populations locales

  • Évitez les attractions qui mettent en scène des spectacles de dauphins, des balades à dos d’éléphants ou des activités comme le jet ski. Faites par exemple attention aux croisières d’observation des baleines. Certains excursionnistes s’approchent trop près des cétacés ce qui peut parfois éloigner le bébé de sa mère.
  • Pour vos clients qui veulent donner du sens à leur voyage, proposez leur de découvrir la permaculture en Bretagne, de traire les vaches et de fabriquer du fromage frais en Isère en s’occupant de réserver pour eux sur des sites en ligne comme wecandoo https://wecandoo.fr/  voyageons-autrement https://www.voyageons-autrement.com/stage-permaculture-woofing-bretagne ou la grange au savoir faire https://lagrangeauxsavoirfaire.fr/ .
  • Proposez en totalité ou en partie des itinéraires hors sentiers battus, des activités extérieures insolites comme les randonnées afin de disperser les flux de voyageurs dans l’espace et/ou dans le temps comme l’envisagent de nombreuses régions. Par exemple, le Pays Basque souhaite attirer les touristes vers les campagnes et non plus uniquement le littoral.  

Astuce : https://flockeo.com/ est un site très utile pour découvrir, choisir et contacter les acteurs du tourisme durable. Autre possibilité https://digitalgreentourisme.fr/ pour accompagner les acteurs touristiques vers une offre plus responsable.

Permettre l’accès aux vacances pour tous, encourager le tourisme de proximité, réduire la pollution numérique sont d’autres exemples de pistes à suivre pour proposer des voyages plus responsables et durables. Parce qu’il n’y a pas de planète B, il importe donc aux voyageurs comme aux professionnels du tourisme d’être acteurs de ce combat. Et vous, qu’avez-vous mis en place ?

Vous n’êtes pas encore client d’Ezus ?

Grâce à notre solution logiciel, divisez par 2 vos temps de création de documents et ayez tous vos documents personnalisés et la gestion de vos voyages au même endroit. Découvrez comment lors d’une démonstration.

📚 Sources :

1. Sustainable Travel Survey 2021 – Importance & Sentiment to Fight Climate Change When Booking Travel https://thevacationer.com/sustainable-travel-survey-2021/

2. How can we make tourism sustainable ? https://www.ontheluce.com/sustainable-tourism/

3. Sustainable development https://www.unwto.org/fr/sustainable-development

4.Tourisme durable : à quoi ressembleront les vacances de demain ? https://www.geo.fr/voyage/tourisme-durable-a-quoi-ressembleront-les-vacances-de-demain-204348

5. Tourisme Durable https://lesecolohumanistes.fr/tourisme-durable/

6. 6 chiffres pour comprendre la réalité du tourisme durable https://demain.ladn.eu/secteurs/tourisme/6-chiffres-pour-comprendre-la-realite-du-tourisme-durable/

7. Quel est le bilan carbone d’un vol en avion ? https://www.greenly.earth/blog/empreinte-carbone-vol-en-avion

8. Comment agir pour un tourisme plus responsable en France ? https://about.make.org/tourisme-responsable-resultats

9. Le kit des vacances écolos https://www.carenews.com/news/le-kit-des-vacances-ecolos    

10. Tourisme durable : 2 000 propositions ont émergé de la consultation citoyenne https://www.lechotouristique.com/article/tourisme-durable-2-000-propositions-ont-emerge-de-la-consultation-citoyenne

11. « L’Enfer numérique » : la face cachée de nos e-mails https://www.lemonde.fr/emploi/article/2021/09/16/l-enfer-numerique-la-face-cachee-de-nos-e-mails_6094839_1698637.html

12. Pollution numérique : du clic au déclic https://www.qqf.fr/infographie/69/pollution-numerique-du-clic-au-declic

13. Pourquoi le tourisme de montagne est un exemple pour le tourisme positif de demain https://www.tom.travel/2021/09/20/pourquoi-le-tourisme-de-montagne-est-un-exemple-pour-le-tourisme-positif-de-demain/

14. Tourisme durable : en Inde, une ville interdit les bouteilles d’eau en plastique aux touristes https://www.lechotouristique.com/article/en-inde-une-ville-interdit-les-bouteilles-deau-en-plastique

15. Le surtourisme : quel impact sur les villes et sur l’environnement ? https://www.vie-publique.fr/eclairage/24088-le-surtourisme-quel-impact-sur-les-villes-et-sur-lenvironnement#:~:text=Le%20tourisme%20est%20%C3%A0%20l,%C3%A9missions%20de%20GES%20de%20131%25.

16. Quotas, taxes, interdictions... Les mesures de 12 destinations contre le surtourisme https://www.lefigaro.fr/voyages/quotas-taxes-interdictions-les-mesures-de-12-destinations-contre-le-surtourisme-20210731

17. Face au tourisme de masse, le Pays basque veut sortir les visiteurs des sentiers battus https://www.lefigaro.fr/voyages/face-au-tourisme-de-masse-le-pays-basque-veut-sortir-les-visiteurs-des-sentiers-battus-20210928

Cet article vous a plu ?
Partagez-le

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.

NEWSLETTER
Toutes les nouvelles du monde du voyage.

Vous aimerez aussi...